Aller à l'accueil de Voyager en Laponie

Carte de la Laponie

Localiser la Laponie

La Laponie occupe l'extrême nord du continent européen et s'étend à travers quatre pays : la Norvège, la Suède, la Finlande et la presqu'île de Kola en Russie. Sa superficie totale est d'environ 400 000 km2.
Elle est bordée par l'Atlantique nord et l'océan glacial Arctique et "entrecoupée" par la mer Baltique. La Laponie est sous la même latitude que la Sibérie et le Groenland, mais les températures y sont plus élevées de quelques degrés, réchauffées par les masses d'air chaud venant de l'Atlantique, lui-même réchauffé par le Gulf Stream.
Le courant du Gulf Stream permet donc aux régions côtières océaniques de bénéficier de températures relativement clémentes en hiver. La mer n'y gèle jamais et les ports sont utilisable toute l'année, sans risque de trouver un iceberg.
C'est pour cette même raison que des villes comme Narvik, Tromsø, Alta, Hammerfest (la plus septentrionale du monde) ou Mourmansk y ont été bâties.

Du nord au sud, Suède et Norvège se partagent la chaîne de montagnes des Scandes, qui inclue également une petite partie de la Finlande au nord-ouest.
Les différentes glaciations de l'ère quaternaire marquent profondément les paysages.



La Laponie Suédoise...

Plus on monte vers le nord, plus ces paysages se durcissent avec l'apparition de la chaîne de montagnes séparant la Suède de la Norvège, et dont les sommets varient entre 1 000 et 2 000 m (le point culminant étant le Kebnekaise, à 2 111 m). Les deux principaux massifs montagneux sont le Kebnekaise et le Sarek, situés au nord ouest du Sápmi suédois. Le plus haut sommet de Laponie est le Kebnekaise. Il culmine à 2 102 mètres (relevé d'août 2012, Université de Stockholm), et se situe près de Kiruna. Le massif du Sarek comprend six sommets de plus de 2000 m d'altitude.

Les montagnes sont marquées par les glaciations. En témoigne entre autre, l'impressionnant U glaciaire "Lapporten", ou "Cuonavággi" en langue sami, qui domine Abisko. Montagneuse dans sa partie ouest, elle s'incline doucement vers le golfe de Botnie.
Les sols de type morainique, les roches moutonnées, les lacs et les marécages témoignent de l'ancienne présence de la calotte glaciaire.
Les rivières et les fleuves sont parfois torrentueux. La forêt boréale recouvre une grande partie du territoire.
Partout, des forêts et de l'eau, de l'eau et des forêts. Un paradis pour pêcheurs !

À l'est, la côte parsemée d'îles et îlots longe le golfe de Botnie avant de rejoindre la mer Baltique plus au sud.
Parcourir la Suède du nord au sud vous prendra quelque 1 574 km... La Suède compte 28 parcs nationaux. Elle fut même le premier pays d'Europe à en créer (en 1910).
La Suède, malgré sa latitude, jouit dans son ensemble d'un climat tempéré, grâce au Gulf Stream.

Mont Lapporten près d'Abisko en Suède


Le soleil de minuit vu de Nordkapp en Norvège

La Laponie Norvégienne...

À la même latitude que l'Alaska ou la Sibérie, en plus des paysages, le soleil est ici un cadeau supplémentaire. Même si les effets du réchauffement climatique sont désormais dramatiquement palpables, avec le recul des glaciers visible à l'oeil nu, une règle de base demeure : quels que soient le temps et la saison, ne jamais partir sans sa petite laine et un blouson. Tout peut changer à une vitesse fulgurante.

Essentiellement montagneuse, elle présente de nombreux fjords et des côtes très découpées.
Le Finnmark en est la partie la plus septentrionale. Il est baigné par l'Océan Glacial Arctique, et constitué de presqu'îles tabulaires et de hauts plateaux. La végétation y est de type toundra, assez désertique, avec par endroit des étendues de pergélisol.

Le Cap Nord touristique est situé sur l'île de Magerøya, par 71°10'21'' de latitude nord. Le cap le plus au nord de l'île est Knivskjellodden à 71°11'08''N.
Depuis 1999, l'île de Magerøya est reliée au continent par un tunnel sous la mer.

Si l'on différencie îles et continent, Kinnarodden est le cap le plus septentrional du continent européen. Sa latitude est de 71°08'00''N. Il est situé sur Nordkinn, la presqu'île voisine du Cap Nord touristique.

La Laponie Finlandaise...

Laponie finlandaise et ses douces collines arrondies, les tunturit, comme écrasées par les lourdes neiges hivernales. Spectacle impressionnant de la toundra à perte de vue, à peine animée par un troupeau de rennes, constellée de bouquets de bouleaux qui résistent à tout ou de pins courageux qui parviennent à tenir le coup sous ces latitudes, creusée de rivières sauvages évacuant en trombe les eaux prises en otage par les glaces le reste de l'année.
Bénéficiant encore de l'influence de l'Atlantique et du Gulf Stream, le pays jouit d'un climat relativement tempéré pour sa latitude.

Elle est pour l'essentiel constituée de forêts, de lacs, de marécages et de rivières.
On y trouve les "tunturis", sommets arrondis, érodés par les glaciations, et composés de roches dures et anciennes.
La partie la plus montagneuse est située au nord-ouest, dans le "bras", soit la région de Kilpisjärvi. Le mont Halti y culmine à 1 328 mètres du côté finlandais.

Le mont Halti, point culminant de la Finlande
La péninsule de Kola

La partie russe de la Laponie

Cette partie se situe en péninsule de Kola. La péninsule couvre une superficie de 100 000 km2 et correspond approximativement à l'oblast de Mourmansk. La côte nord est escarpée et élevée, la côte sud est plate. On trouve deux chaînes montagneuses dans l'ouest de la péninsule, les monts Khibiny et le massif du Lovozero (1 120 m d'altitude). C'est dans la partie centrale de la péninsule, que se situe la ligne de partage des eaux des hauteurs de Keïvy. Elle est constituée de toundra, de forêts, de lacs, de marécages et de rivières. Cette péninsule est également une ancienne zone de stockage des déchets radioactifs provenant des activités nucléaires de l'ex-URSS. Son abandon après la chute du bloc communiste et son délabrement constaté en 2000 par l'AIEA en font une des plus grandes zones contaminées d'Europe. On y trouve aussi le forage le plus profond du monde, creusé par les Russes.



Quelques villes de la Laponie Suédoise...

Abisko

Abisko (en same du Nord Ábeskovvu) est une localité de la commune de Kiruna, à l'extrême nord de la Suède. Elle est située au bord du lac Torneträsk et est construite sur la ligne de chemin de fer Malmbanan. Elle est située à proximité de la station touristique d'Abisko, qui constitue un point d'entrée important vers le parc national d'Abisko et plusieurs chemins de randonnée dont en particulier la Kungsleden. C'est aussi le point de rendez-vous pour l'Aurora Sky Station, permettant d'observer les aurores boréales.




Arjeplog

Arjeplog (en same de Pite : Arjepluovve), est une localité suédoise, chef-lieu de la commune d'Arjeplog dans le comté de Norrbotten, située à quelques dizaines de kilomètres au sud du cercle polaire. Elle compte 1 947 habitants (2005).
Depuis les années 1980, la petite localité accueille de nombreux constructeurs et équipementiers automobiles qui profitent de la proximité de lacs gelés pour faire des essais de comportement sur sol à basse adhérence.




Arvidsjaur

La commune d'Arvidsjaur est une commune suédoise du comté de Norrbotten. 6 894 personnes y vivent soit 1.2 hab / km2. Son siège se situe à Arvidsjaur.




Gällivare

Gällivare est une localité de Suède, chef-lieu de la commune du même nom, dans le comté de Norrbotten, à l'extrême nord du pays où 8 480 personnes y vivent.

La ville est située environ 50 km au nord du cercle polaire. Gällivare se trouve au terminus de l'Inlandsban, la ligne de chemin de fer qui rejoint Kristinehamn à Gällivare par l'intérieur du pays. Elle se trouve aussi sur le parcours de la ligne de chemin de fer joignant Luleå à Narvik en passant par Kiruna. Gällivare se trouve à proximité de Malmberget.




Jokkmokk

Jokkmokk (en same de Lule Jåhkåmåhkke ou Dálvvadis) est la localité principale et le chef-lieu de la commune de Jokkmokk. Elle est située le long de la route européenne 45.

La commune de Jokkmokk est une commune suédoise du comté de Norrbotten. 5 599 personnes y vivent.




Jukkasjärvi

Jukkasjärvi est une localité de 541 habitants dans la commune de Kiruna en Suède, située à quelque 200 kilomètres au nord du cercle polaire.

"Jukkasjärvi" est un nom provenant du finnois qui signifie "lac de Jukkas" (nom masculin finnois). Dans la langue des Lapons, le Same, "Jukkasjärvi" s'appelle Cohkkiras que se traduit par "point de rendez-vous", ce qu’a été cet ancien village Sami pendant plus de 500 ans. Aujourd'hui, le village reste fidèle à sa dénomination, accueillant désormais des touristes du monde entier venus admirer le fameux "Hôtel de glace" ou "Hôtel arctique" et parfois y passer la nuit. Cet étonnant hôtel hivernal est reconstruit chaque année avec plus de 1 500 tonnes de glace. La température intérieure reste constante (entre -3 °C et -8 °C), quelle que soit la température extérieure. Vers les mois d'avril et mai, le soleil commence son travail de démolition.




Kiruna

Kiruna est une ville de 18 154 habitants en Laponie suédoise et le chef-lieu de la commune de Kiruna.

Située sur la Malmbanan/Ofotbanen, ligne de chemin de fer reliant Luleå, le grand port et le centre sidérurgique suédois sur la Baltique, à Narvik, grand port minéralier norvégien sur l'Atlantique, deux ports qu'elle approvisionne en minerai, cette ville est née au début du xxe siècle pour exploiter les mines de fer à haute teneur qui s'y trouvaient dans un paysage environné de montagnes typiques de l'intérieur du Norrland.

La mise en service des mines de fer date de 1899, le gisement étant issu du bouclier scandinave. Le pays est alors quasiment vide d'hommes, mis à part les rares Samis éleveurs, pêcheurs et chasseurs. L'exploitation de ce gisement d'une exceptionnelle concentration (teneur du minerai en fer de 60 %) et qualité a amené la construction de la voie ferrée ouvert en 1903 et la route du fer.

Après cent dix ans d'exploitation, 1,1 milliard de tonnes ont été extraites. Encore actuellement, on y trouve la plus grande mine du monde. À ciel ouvert jusqu'en 1965, la mine est devenue souterraine depuis cette date. Le filon, long de 4 kilomètres et large de 80 mètres, plonge à près de 2 000 mètres sous la surface avec une inclinaison de 60°. Les galeries les plus profondes sont à -1 045 mètres et s'étendent sur plusieurs centaines de kilomètres.

Depuis 2004, les autorités de la ville se trouvent cependant devant un dilemme : la poursuite de l'exploitation de la mine par la compagnie Luossavaara-Kiirunavaara AB (LKAB) entraînerait l'effondrement de la ville, notamment par l'utilisation d'extracteurs creusant jusqu'à plus de 1 365 mètres de profondeur. Mais l'arrêt de l'exploitation marquerait la mort économique de la ville, qui dépend presque entièrement de l'activité minière. En 2009, est prise la décision de déplacer la ville quatre kilomètres au nord-ouest avec la voie ferrée, l'autoroute, les réseaux d'électricité et de canalisations. Toutefois, devant l'ampleur de la tâche, le chantier sera étalé jusqu'en 2099.

La base de lancement de fusée-sonde et de ballon stratosphérique d'Esrange se trouve à une quarantaine de kilomètres de la ville. En février 2011, l'Airbus militaire a choisi cette ville pour son programme des essais de l'A400M dans le grand froid ( -21 °C ). Le 13 février 2011, un A400M est parti éprouver les -30 °C.




Luleå

Sa population est de 45 467 habitants et la commune de Luleå dont elle est le chef-lieu en comprend près de 75 000 habitants, qui constitue un pôle important de la région.

La ville est située sur une péninsule à l'endroit où se rejoignent la baie de Lule et le Golfe de Botnie. La baie s'étend vers le nord-ouest pour devenir la rivière, Luleälven, permettant ainsi le transport maritime à travers le pays.

Le port de Luleå a une importance particulière pour le minerai de fer provenant de la société minière LKAB, basée à Kiruna et Malmberget (dans la municipalité de Gällivare). Pendant l'hiver, le trafic maritime se fait tout à fait normalement avec le support de brise-glace (Luleå est le port d'attache d'une partie de la flotte de brise-glace suédoise1).

Luleå était déjà un port important à l'époque médiévale (XIIème au XVème siècles).
Le village de Gammelstad, connu pour son église, est un site classé par l'UNESCO comme héritage mondial.

En 1885, une grande partie de la nouvelle ville brûla. La ville fut alors reconstruite suivant un plan en damier. La cathédrale de Luleå (alors appelée église Oscar Fredrik) est de cette époque, et est construite dans un style architectural néogothique épuré.

Le diocèse de Luleå fut créé en 1904, en éclatant celui de Härnösand. Un évêque y prit ses fonctions et l'église fut déclarée cathédrale. Le diocèse est le plus grand de Suède en recouvrant les régions de Västerbotten County et du Norrbotten, ce qui couvre grosso-modo la partie au nord d'Umeå.

La plupart des employés de la ville travaillent soit pour la mine d'acier (SSAB), soit à l'Université de technologie de Luleå. Luleå abrite également une usine d'assemblage de pièces pour poids lourds et bus du constructeur suédois Scania. Une force armée aérienne est en poste à Luleå F 21 (ou Norrbotten Air Force Wing), que l'on peut trouver près de l'aéroport Luleå Airport.

Elle accueille depuis fin 2011 un centre de stockage de données de Facebook. Cette implantation est motivée par la faible température de la région, permettant à l'entreprise de faire des économies d'énergie sur la ventilation de ses machines.





Quelques villes de la Laponie Norvégienne...

Alta

Alta est un village et une kommune norvégienne située dans le comté de Finnmark, sur les rives de l'Altafjord. La commune comptait 18 634 habitants en 2009, pour une superficie de 3 845km². Le village d'Alta est le centre administratif de la commune du même nom qui compte d'autres villages.
L'aéroport d'Alta assure des liaisons quotidiennes avec Oslo et a vu transiter plus de 300 000 passagers en 2004.

Le nom de la commune vient probablement du nom du fjord qui la borde, l'Altafjorden. Jusqu'en 1918, le nom de la commune était Alten.
Par ailleurs, la culture Komsa tire son nom de la montagne du même nom, située sur le territoire de la commune, où ont été effectuées les premières découvertes archéologiques relatives à cette civilisation.
Les armoiries de la municipalité sont récentes, puisqu'elles ont été adoptées le 9 juillet 1976. La flèche représente les points de flèche en quartzite datant de l'âge de la pierre que l'on trouve dans la région.

Comme la plupart des villes du grand nord en Scandinavie, le village actuel d'Alta est une ville nouvelle. Le centre-ville date en effet d'après la Seconde Guerre mondiale, la ville ayant été détruite par l'armée allemande, et ne présente ni architecture ni caractère particulier. Durant la guerre, Alta a servi de port pour le cuirassé allemand Tirpitz.

En 1979, la ville a été le théâtre de manifestations et d'actes de désobéissance civile pour protester contre la construction d'une centrale hydroélectrique. La police norvégienne a dû y mener la plus grosse opération de son histoire, afin de déloger les manifestants qui s'y étaient enchaînés.

Alta est un centre de communication au Finnmark. Ses activités principales sont le commerce, la petite industrie, l'éducation et les activités de service. La ville est réputée pour son industrie de l'ardoise. L'ardoise d'Alta est exportée dans le monde entier et doit sa particularité au fait qu'elle est beaucoup plus vieille (600 mio d'années) que celle d'Europe centrale (300 mio d'années).

Un important site d'art rupestre datant de la période comprise entre -4200 et -500 et inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1985 se trouve sur le territoire de la commune d'Alta.

Enfin, l'hôtel de glace le plus au Nord de l'Europe se trouve également dans cette commune.




Andenes

Andenes est une localité du comté de Nordland, en Norvège.

Administrativement, Andenes fait partie de la kommune d'Andøy.
Andøy est la plus septentrionale des municipalités du comté de Nordland en Norvège avec 5078 habitants (7.7 hab/km2). Elle appartient à l'archipel Vesterålen.

Andøy a été créé le 1er janvier 1964 de la fusion des anciennes municipalités de Andenes, Bjørnskinn et Dverberg.




Bardufoss

Bardufoss est une localité du comté de Troms, en Norvège.
Administrativement, Bardufoss fait partie de la kommune de Målselv de 6603 habitants, soit 2 hab/km2.




Bodø

Bodø est une ville norvégienne située dans le comté de Nordland, dont elle constitue le centre administratif. Elle comptait 44 430 habitants au 2005 pour une superficie de 921 km2.

Bodø a reçu le statut de ville en 1816 et elle est maintenant le centre administratif du comté de Nordland. Une grande partie de Bodø a été détruite lors d'une attaque le 27 mai 1940. En 1940, 6 000 personnes vivaient à Bodø et 3 500 perdirent leurs maison. Heureusement, seulement 15 personnes périrent pendant le bombardement (2 soldats britanniques et 13 norvégiens). La ville a été reconstruite après la guerre, les travaux s'achevant en 1952. Les Suédois aidèrent à construire la partie ouest de Bodø, c'est pourquoi elle est appelée « Svenskebyen » : la ville suédoise.

Bodø a été au centre des regards du monde entier quand un avion américain U-2 a été abattu au-dessus de l'Union soviétique lors d'un vol du Pakistan à Bodø.

La ville se situe juste au Nord du Cercle polaire et le soleil de minuit est visible du 2 juin au 10 juillet.

Bodø est le terminus du réseau ferroviaire norvégien en direction du Nord, le Nordlandsbanen, à l'exception de la ligne entre Narvik et Kiruna en Suède. La gare ferroviaire a été ouverte en 1961.

L'aéroport de Bodø (code AITA : BOO) se situe à 2 km du centre ville et a été ouvert en 1952.

Des ferries font la navette entre Bodø et les îles Lofoten ; Bodø est par ailleurs une des étapes de l'Hurtigruten.




Fauske

Fauske est une ville de Norvège, située juste au-delà du cercle Arctique, dans le comté de Nordland. 9480 habitants y vivent soit 7.8 hab / km2




Finnsnes

Finnsnes est une ville du comté de Troms, en Norvège, située dans la municipalité de Lenvik.

Située sur le continent à proximité de l'île de Senja, Finnsnes est reliée au continent par un pont de 1 147 m de longueur. La ville, issue d'un simple établissement pastoral, est devenue un grand centre régional, desservi par l'aéroport de Bardufoss. En incluant celle de Silsand, village situé sur l'île de Senja, sa population s'élève à 5 500 habitants.




Hammerfest

Hammerfest est une commune du nord de la Norvège, située dans le comté de Finnmark. On dit d'elle qu'elle est la ville la plus septentrionale du monde.

Le cœur de la ville se situe sur l'île de Kvaløya, tandis que la commune comprend partiellement les îles de Kvaløya, Sørøya et Seiland.

La ville a reçu son nom en référence à un lieu de mouillage, hammer étant le nom des rochers utilisés pour arrimer les bateaux (issu du vieux-norrois hamarr - pente raide d'une montagne). Ces rocs furent recouverts pendant l'après-guerre lorsque des terres furent gagnées sur la mer. Quant au terme fest il dériverait de festr qui signifie amarrer.

Le blason de Hammerfest, représentant un ours polaire sur un fond rouge, fut adopté en 1938. Bien qu'il ne soit pas lui-même natif de Norvège continentale, l'animal symbolise la pêche dans les eaux polaires du nord de la Norvège. Il fut dessiné pour le cent-cinquantième anniversaire de la ville.

De nombreuses tombes datant de l’âge de la pierre ont été retrouvées dans cette région. Hammerfest était déjà une importante implantation de pêcheurs et de chasseurs bien avant la reconnaissance officielle de son statut de municipalité, en 1789.

Pendant les guerres napoléoniennes, le royaume de Norvège-Danemark se rallia à la France après avoir été attaqué par la Grande-Bretagne. En tant qu'un des principaux centres de transport et de commerce du Finnmark de l'ouest, Hammerfest fut une cible évidente pour la Royal Navy. Sur requête de marchands locaux, la ville reçut six canons de l'armurerie centrale de Trondheim. Parallèlement une milice visant à défendre la côte fut constituée. Un certain nombre de marchands formait le corps officier, tandis que les troupes étaient composées de saamis et de kvènes.

Le 22 juin 1809 l'attaque tant attendue commença quand les bricks Snake et Fancy approchèrent de la ville. Avant d'atteindre Hammerfest, les vaisseaux britanniques avaient pillé le village de Hasvik. La bataille fut intense et dura jusqu'à ce que les canons norvégiens soient à cours de poudre. Pendant les combats les habitants avaient quitté la ville avec la plupart de leurs biens, mais les navires restèrent dans le port huit jours. Pendant leur court séjour, les marins de la Royal Navy prirent ce qu'ils trouvèrent, jusqu'à l'argenterie de l'église locale.
Suite au raid, Hammerfest devint une ville de garnison. Les remparts furent étendus et renforcés. Conjointement, une flottille à rames armée de canons fut cantonnée aux eaux de Hammerfest jusqu'à la fin des guerres napoléoniennes.

Un incendie majeur se déclara en 1890 dans une boulangerie et détruisit la quasi-totalité de la ville. La ville reçut des fonds et de l'aide humanitaire de l'extérieur, notamment du Kaiser Wilhelm II d'Allemagne comme ce fut le cas pour Aalesund.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les troupes allemandes imposèrent aux habitants d’évacuer Hammerfest, avant de réduire la ville en cendres lors de leur retraite.

. La ville compte aujourd’hui 9 500 habitants dont la plupart travaillent dans les usines de transformation du poisson, notamment pour le compte de la société Findus. Elle accueille également des industries en rapport avec l'activité maritime et constitue l'une des escales du Hurtigruten.

La ville se tourne maintenant vers la prospection énergétique (pétrole et gaz). Un gisement de gaz se situe dans la mer de Barents, à 240 m de profondeur. 145 km de tuyaux le relient à une usine ultramoderne, installée dans une île près de la ville.




Harstad

Harstad est une kommune norvégienne dans le département du Troms. Avec ses 23 261 habitants, elle est la troisième municipalité de la Norvège du Nord. Elle s'étend sur les parties nord-est de l'île de Hinnøya et sud-ouest de Grytøya, et comprend également diverses îles plus petites, telles que Gressholman, Kjeøya (no) et Kjøtta.

La montagne la plus élevée de la commune est Sætertind (1094 m).
La ville jouit du soleil de minuit du 22 mai au 18 juillet, tandis que la nuit polaire dure du 30 novembre au 12 janvier.




Honningsvåg

Honningsvåg est une ville de Norvège, située dans le comté de Finnmark. Elle n'a pas un statut de commune à part entière, mais est une localité rattachée à la commune de Nordkapp.

Il s'agit de la dernière ville avant le Cap Nord sur l'île de Magerøya reliée aujourd'hui au continent par un tunnel sous-marin de 6 km. Elle se trouve ainsi à mi-distance entre le Pôle Nord (2110 km) et Oslo (2119 km).

La localité dispute le statut de la ville la plus septentrionale de la terre avec sa voisine Hammerfest. Si Honningsvåg se situe plus au nord, Hammerfest est cependant la seule qui a plus de 5.000 habitants, ce qui est en principe requis pour être dénommé "ville" en Norvège.

Honningsvåg est un port qui accueille une escale du Hurtigruten et de nombreux paquebots de croisière durant l'été. Des activités liées à la congélation du poisson ainsi qu'à l'armement des bateaux se sont développées.

La ville est également dotée d'un aéroport.




Kirkenes

Kirkenes est une localité du nord de la Norvège, située dans le comté de Finnmark et faisant partie de la commune de Sør-Varanger.
La ville compte près de 5 000 habitants.

Elle est la dernière avant la frontière russe (60 km) et se trouve à 200 km de Mourmansk, le principal port de la mer de Barents.

L'express côtier y atteint son terminus avant de redescendre vers Bergen. La ville s'est développée à partir de 1906, date à laquelle des mines de fer ont commencé à être exploitées par la compagnie Sydvaranger A/S. Le développement des activités minières, énergétiques et forestières, ainsi que l'ouverture de la frontière avec la Russie et la réparation navale en font un port assez prospère.

Sør-Varanger (Sydvaranger jusqu'en 1918) (en same du nord : Mátta-Várjjaga, en kvène : Etelä-Varangin) est une kommune norvégienne du Comté de Finnmark. Occupant une superficie de 3 967 km2, elle comptait en 2009 environ 9 650 habitants.

Située dans la corne nord-est du comté, Sør-Varanger est limitrophe de la Finlande (commune d'Inari) au sud-ouest, et de la Russie (raïon de Petchenga1, oblast de Mourmansk) à l'est. Elle est également voisine de la commune de Nesseby à l'ouest, et de Vadsø et Vardø par-delà le fjord Varanger au nord.

Varanger (en vieux norrois : Ver(j)angr) est à l'origine le nom d'un fjord, et sør signifie « sud ». Ver désigne un village de pêcheurs, et angr signifie « fjord ». Le nom désignait probablement à l'origine le fjord étroit appelé aujourd'hui Meskfjorden. Avant 1918, le nom s'écrivait Sydvaranger. Jusqu'à 1964, il existait aussi une municipalité appelée Nord-Varanger, aujourd'hui réunie à la municipalité de Vadsø.

Le relief est modéré : le principal sommet, le Bugøynesfjellet (Garanasçåkka), s'élève à 497 m. Il est suivi du Ravtinden (Skappelouvtgaisa, 468 m), de l'Øretoppen (Beallacåkka, 465 m), de l'Urralas (Brastind, 446 m), du Skogerøytoppen (Aggelgaisa, 445 m).

Les principaux cours d'eau se nomment : Pasvikelva (145 km, dont 112 sont frontaliers avec la Russie), Neidenelva (100 km), Grense-Jakobselv, Klokkerelva, Karpelva, Munkelva, Sandneselva.
Les fjords sont d'abord le large Varangerfjord, puis Bøkfjorden, Langfjorden, Jarfjorden, Munkefjorden, Neidenfjorden, Kjøfjorden, Korsfjorden, Bugøyfjorden.

Outre Kirkenes et les localités proches (Hesseng, Bjørnevatn, Sandnes, Neiden), les autres agglomérations sont surtout des hameaux dispersés le long des fjords (Bugøyfjord et Bugøynes, Jarfjord, Svanvik) et de la rivière Pasvik : Skogfoss, Vaggetem. Grense Jakobselv, à 60 km à l'est de Kirkenes, sur la rivière du même nom, n'est plus habité de nos jours.

Les îles de la commune sont : Skogerøya, Reinøya, Holmengrå, Bugøya, Prestøya, Revøya, Kjøøya, Kjelmøya, Hinnøya, Svinøya
Les principaux lacs sont : le Jerestanjavri, le Bjørnevatnet, le Langvatnet, le Sandneslangvannet, ainsi que le Førstevannet, l'Andrevannet, le Prestevannet et le Tredjevannet à proximité immédiate de Kirkenes et Hesseng.

Les habitants du territoire étaient à l'origine les Samis dits Skolt. Ce groupe same se déplaçait le long des côtes et dans l'intérieur des terres longtemps avant la fixation des frontières. Au xvie siècle, ils furent convertis au christianisme orthodoxe, et aujourd'hui encore, la chapelle de Saint George à Neiden, qui date de 1565, témoigne de cette influence orientale.
En 1826, les territoires jusqu'alors disputés furent partagés entre la Norvège et la Russie (la Finlande étant alors une principauté russe), ce qui entraîna de grandes difficultés pour les Samis. L'état norvégien encouragea également les colons norvégiens à s'établir dans la région, où ils construisirent des églises luthériennes pour contrebalancer l'héritage orthodoxe. Au cours du xixe siècle, des colons finnois (les Kvènes) arrivèrent dans les vallées, et à partir de 1906 les Norvégiens affluèrent en grand nombre lors du début de l'exploitation des mines de fer à Kirkenes.
En 1906, Sydvaranger ouvrit la mine de Bjørnevatn ; quatre ans plus tard, la mine était reliée au port de Kirkenes par le chemin de fer de Kirkenes-Bjørnevatnbanen, la ligne ferroviaire la plus septentrionale au monde. Cette mine a été fermée en 1996.
Sør-Varanger a été séparé de la municipalité de Vadsø le 1er juillet 1858.
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, 2 500 personnes environ trouvèrent refuge à Bjørnevatn dans un tunnel, qui existe toujours.

Le blason de la commune est récent puisqu'il date du 16 avril 1982. Il représente trois flammes de gueules sur champ d'or, le nombre 3 symbolisant à la fois les trois principales ressources (agriculture, pêche et exploitation minière), les trois rivières (Neiden, Pasvikelva et Jakobselva) qui marquent ici les frontières de trois pays (Norvège, Finlande et Russie), et les trois ethnies présentes dans la commune (Norvégiens, Samis et Kvènes)4.

Le centre géographique et économique de la commune est aujourd'hui Kirkenes, qui compte environ 3 500 habitants. C'est l'une des principales villes du Finnmark, et le terminus à la fois du Hurtigruten (bateau côtier) et de la Route européenne 6 (E6). L'aéroport de Høybuktmoen est le plus important du Finnmark oriental, avec des vols directs pour, entre autres, Oslo, Alta et Tromsø.

La ville se construisit autour de la compagnie minière A/S Sydvaranger, qui commença à exploiter le minerai de fer à partir de 1906. Une des conséquences de la politique d'immigration norvégienne fut le développement de l'agriculture dans la vallée de Pasvik par les colons norvégiens, au lieu des activités traditionnelles de pêche et de chasse pratiquées par les Samis et les Kvènes.

Kirkenes occupe également une place stratégique dans ce qu'on appelle la « région de Barents » (qui regroupe les parties septentrionales de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et de la Russie jusqu'à l'Oural). Elle constitue un carrefour de développement pour la collaboration économique avec la Russie du nord-ouest. Les principales activités sont portuaires, liées à la réparation des bateaux, et de services. L'armée représente aussi un employeur important pour la commune, avec la garnison de Sør-Varanger à Høybuktmoen, qui constitue sa principale unité. Le journal de Sør-Varanger est le Sør-Varanger Avis.

La Russie maintient un consulat général à Kirkenes. Il existe aussi à Kirkenes un « Commissariat frontalier » (grensekommissariat), chargé de faire respecter le compromis frontalier, qui remonte à 1826 ; ainsi qu'un commissariat russe homologue. Le commissaire norvégien actuel est Leif Arne Ljøkjell.

La pêche au crabe royal est pratiquée à Bjørnevatn.
On peut visiter dans les environs la chapelle orthodoxe de Saint George à Neiden, la chapelle du Roi Oscar II à Grense Jakobselv sur la frontière russe (construite en 1869 pour marquer la frontière) et des constructions labyrinthiques remontant à la préhistoire, probablement à usage religieux.
Bugøynes (à 100 km au nord-ouest de Kirkenes) est un petit port de pêche, dont les 300 habitants sont principalement d'origine finnoise. L'endroit n'a pas été incendié lors de la Seconde Guerre mondiale, de sorte qu'on peut encore y voir des constructions de style finnois du xixe siècle. On y trouve aussi des équipements portuaires restaurés et une maison de commerçant de 1850, dépendants du Musée de Sør-Varanger.




Narvik

Narvik est une ville du Comté de Nordland en Norvège, chef-lieu de la commune du même nom. Parmi les villes norvégiennes au nord du cercle polaire arctique, elle est la troisième en importance. Elle compte environ 20 000 habitants.

La commune de Narvik est nettement plus étendue que les frontières de la ville elle-même. Parmi les villages qui font également partie de la commune, citons Bjerkvik, Beisfjord et Skjomen.

Narvik a été fondée en 1887 dans le but de servir de port libre de glace toute l'année pour les minerais de fer venant des mines suédoises de Kiruna et Gällivare, transitant la Ligne ferroviaire d'Ofot (ou Ofotbanen). Elle a porté le nom de Victoriahavn jusqu'en 1898.

La partie orientale de la ville, à la frontière suédoise, se situe entièrement dans les montagnes, le point le plus haut atteignant 1 894 mètres. La ville en elle-même est située près de la partie la plus intérieure de l'Ofotfjord, mais même là, les montagnes qui se jettent directement dans le fjord atteignent 1 500 mètres. Des forêts recouvrent la partie la plus basse de la montagne (moins de 500 mètres), mais sur les parties les plus hautes, la neige peut rester la majeure partie de l'été. Certaines pistes de ski alpin arrivent presque à l'intérieur de la ville elle-même.

Située à 220 kilomètres au nord du Cercle polaire arctique, elle est l'une des villes les plus au Nord de la planète. Le Gulf Stream lui donne un climat beaucoup plus doux qu'une ville de même latitude sur un autre continent. La moyenne annuelle des températures est de 3,7 °C. La période de croissance des plantes est de 155 jours.
D'un point de vue géographique, le soleil de minuit est présent du 2 mai au 9 août (jour polaire).

Au début de la Seconde Guerre mondiale, en avril 1940, eut lieu une bataille navale et terrestre engageant la Norvège, la France, le Royaume-Uni et la Pologne contre l'Allemagne qui souhaitait s'assurer le contrôle de sa ligne d'approvisionnement en minerais de fer suédois dont elle était une grande consommatrice.

Les activités liées au chemin de fer et au port sont toujours très importantes à Narvik, puisque les marchandises à destination ou en provenance du grand Nord transitent très souvent par la ville. Un projet de faire du port de Narvik un point de ravitaillement pour les marchandises asiatiques, via l'Amérique du Nord, est en cours, dans le but de contourner la saturation des chemins de fer du Sud du pays.
Il n'y a en revanche pas de connexion ferroviaire avec le reste du réseau ferroviaire norvégien, ceux-ci n'allant pas au-delà de Bodø qui se trouve à 180 km au sud-ouest.




Sortland

Sortland est un port norvégien, escale de l'Hurtigruten, et plus grande ville de l'archipel des Vesterålen.
Il y a 9678 habitants soit 13 hab/km2.




Svolvær

Svolvær (prononcer Svolvar, sans le "æ") est le centre administratif de la commune de Vågan situé sur les Îles Lofoten, dans le comté du Nordland en Norvège. Cette petite ville d'à peu près 4197 habitants (au 1er janvier 2005) est le point de départ favori pour les touristes visitant les îles.

Près de 200 000 touristes visitent Svolvær chaque année. Un aéroport régional se situe à proximité de la ville, et celle-ci constitue aussi un port d'escale pour le service maritime Hurtigruten. Il y a entre autres des liaisons maritimes express avec Bodø et Narvik. Une époustouflante traversée en bateau pneumatique au départ de Svolvær est par ailleurs possible.

Abritée par des montagnes au nord et à l'ouest, Svolvær et ses environs connaissent moins de brouillard et les températures estivales y sont plus élevées que dans la partie ouest des Lofoten, mais ses montagnes sont néanmoins à l'origine des précipitations orographiques les jours pluvieux. Quant à la montagne Svolværgeita, elle fut gravie pour la première fois en 1910.

Le conglomérat d'habitations dans le nord de la Norvège, Vågar, était situé autour de l'étroit port naturel près de Svolvær. Vågar est mentionné dans le Heimskringla, et a dû s'établir dès les années 800. Svolvær a reçu le statut et les droits des communes en 1918, mais cela fut suspendu avec le rassemblement de plusieurs municipalités voisines en 1964. Elle a finalement été déclarée commune en 1996.

Une des premières églises de la Norvège septentrionale a sûrement été bâtie ici, il y a environ 900 ans. L'église actuelle est la Lofotkatedralen.




Tromsø

Tromsø (Romsa en langue same) est une ville dans le comté de Troms en Norvège, située au nord du cercle polaire arctique, d’une superficie de 2 558 km2, et qui comptait 64 495 habitants au 1er janvier 2007. Elle est surnommée « le Paris du Nord » par les Norvégiens.

La ville fut fondée officiellement en 1794, mais une église avait déjà été construite vers 1250. Au milieu du XIXème siècle, Tromsø n'avait encore que 1 400 habitants, mais la ville connut une expansion à la fin du XIXème siècle lorsqu'elle servit de base à de nombreuses expéditions arctiques. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle servit brièvement de siège au gouvernement norvégien.

Tromsø est la huitième plus grande municipalité de Norvège, avec une population d'environ 65 000 habitants, et le centre de la neuvième plus grande zone urbaine.

Le centre de la ville est situé sur la côte est de l'île de Tromsøya, à plus de 300 km au nord du cercle polaire. Les zones suburbaines comprennent Kroken, Tromsdalen, le reste de l'île et la partie orientale de l'île de Kvaløya, à l'ouest de la première. Un pont et un tunnel à quatre voies relient Tromsø au continent et, à l'ouest, le pont de Sandnessund assure la liaison avec Kvaløya.

En raison de la position de la ville au nord du cercle arctique, le soleil ne se couche pas entre le 18 mai et le 26 juillet. En outre, il ne fait pas réellement nuit entre la fin du mois d'avril et la mi-août, le soleil ne descendant pas assez bas sous l'horizon.

Le soleil reste sous l'horizon entre le 26 novembre et le 15 janvier. Il s'en approche cependant suffisamment pour donner un peu de lumière en milieu de journée même en plein hiver. Les nuits raccourcissent ensuite rapidement et, dès le 21 février, le soleil est au-dessus de l'horizon entre 7h45 et 16h10, puis entre 5h50 et 19h50 au 1er avril. En raison des conditions de lumière très différentes, les Norvégiens divisent l'hiver en mørketid (nuit polaire) et seinvinter (fin de l'hiver).




Vadsø

Vadsø (ou Vesisaari en finnois) est une kommune norvégienne située dans le comté de Finnmark, dont elle est le centre administratif. Elle comptait 6 186 habitants en 2004.

Vadsø se situe à l'est du comté de Finnmark, c'est-à-dire dans la partie la plus orientale de la Norvège. Elle occupe une position sur la côte sud-est de la péninsule de Varanger, une zone relativement abritée des rigueurs du climat et où de vastes forêts de bouleaux ont pu pousser (par rapport à la côte nord).
La kommune couvre 1 259 km², une taille importante pour l'ensemble de la Norvège mais relativement moyenne par rapport aux autres kommuner du Finnmark.
La ville de Vadsø, centre administratif de la kommune, est située sur la côte, au sud. Parmi les autres localités, on peut citer Skallelv ou Vestre Jakobselv.

Un village autonome de pêcheurs, doté de sa petite église, s'implante dès le xvie siècle sur Vadsøya, une île située à quelques encablures de la côte, avant de se déplacer sur le site continental actuel à une date indéterminée.
Vadsø est incorporée au royaume de Norvège en 1833. La majorité des colons arrivant sur les lieux viennent alors de Finlande ou de la partie nord de la Suède. Le finnois devient rapidement la langue majoritairement parlée, ce qu'il restera pendant des décennies ; en 2010, il reste employé dans quelques foyers. Vadsø devient une kommune en 1838. Bien que la loi requiert que les villes soient séparées de leurs districts ruraux, cette séparation est impossible à mettre en œuvre pour Vadsø en 1838, à cause de la faible population. Les districts ruraux se séparent de la ville en trois étapes : Nesseby en 1846, Sør-Varanger en 1858 et Nord-Varanger en 1894.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Vadsø, occupée par les Allemands, subit plusieurs raids aériens soviétiques.
Nord-Varanger est réincorporée à Vadsø en 1964.

La ville est accessible par la route route européenne 75. En tant que centre administratif du Finnmark, elle dispose d'un aéroport, l'aéroport de Vadsø. Elle constitue également une escale de l'Hurtigruten.

Sur Vadsøya est conservé le mât d'arrimage pour dirigeable, utilisé par le Norge à bord duquel Roald Amundsen et Umberto Nobile ont effectué leur expédition vers le pôle Nord en 1926, puis par l'Italia, par Nobile, au départ de l'expédition de 1928 au cours de laquelle il trouva la mort, ainsi qu'Admunsen parti à son secours.

Malgré les bombardements soviétiques, plusieurs maisons en bois typiques de la région et datant du xixe siècle ont pu être épargnées dans le centre-ville. Les mieux conservées sont la « maison d'Esbensen », construite par un Norvégien, et la « maison de Tuomainen », édifiée par un Finnois.





Quelques villes de la Laponie Finlandaise...

Enontekiö

Enontekiö (Eanodat en lapon du nord) est une municipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie. En raison de sa nature sauvage et de ses possibilités de randonnées presque infinies, été comme hiver, la commune connaît un développement important du tourisme, toujours moins présent cependant que dans les municipalités disposant d'importantes stations de ski (Kittilä, Inari, Kolari...).

La municipalité occupe une queue de poêle de la Finlande, langue de terre coincée entre la Suède et la Norvège. La commune comporte un poste frontière avec chacun de ces pays, respectivement à Kaaresuvanto et Kilpisjärvi. Elle est en outre bordée par les municipalités d'Inari à l'est, Muonio et Kittilä au sud. Près de Kilpisjärvi, le cairn des trois pays matérialise le point triple Finlande-Suède-Norvège.

Commune très allongée (plus de 160 km de long), elle est la 3e plus étendue de Finlande par la superficie totale (4e pour la superficie hors lacs) - pour une superficie correspondant à celle de la Corse. C'est également la seule municipalité de Finlande qui puisse être qualifiée de montagneuse car elle abrite 60 % des tunturis du pays et tous les sommets de plus de 1000 mètres (appartenant à la chaîne des Alpes scandinaves). Les deux sommets les plus connus sont le mont Halti et le mont Saana. La commune comprend également la partie nord du Parc national de Pallas-Yllästunturi, autour de l'Ounastunturi, et elle voit naître la rivière Muonio.

La commune est caractérisée par sa très faible population (moins de 1 900 et en diminution), et la présence significative des Saami pratiquant l'élevage extensif des rennes. Des 16 villages, Hetta est le plus important avec environ 500 habitants.

Pas de chemin de fer, la gare la plus proche se situe à Kolari, à 155 km de Hetta.
Le petit aéroport d'Hetta accueille 1 vol quotidien vers Helsinki. L'aéroport de Kittilä permet aussi de desservir la commune.
La nationale 21 (route européenne 8) longe la frontière suédoise de Tornio à Kilpisjärvi. Elle traverse donc la commune dans le sens de la longueur. C'est la nationale la plus élevée de Finlande, elle franchit un col à 566 mètres d'altitude. 180 kilomètres séparent Hetta de Kilpisjärvi, et il y a encore 160 km entre Kilpisjärvi et Tromsø en Norvège.




Ivalo

Ivalo (Avvil en same du nord) est le principal centre administratif et commercial de la municipalité d'Inari, à l'extrême nord de la Finlande, en Laponie. Le village compte 4 000 habitants, soit 57 % de la population de la gigantesque municipalité. Le village est construit au bord de la rivière Ivalojoki, à environ 20 km au sud du lac Inarijärvi. La station de ski de Saariselkä, une des plus grandes du pays, a été construite à proximité (30 km au sud).

En 1944, pendant la Guerre de Laponie, le village lapon historique a été totalement incendié par les Allemands. C'est pourquoi Ivalo offre aujourd'hui un visage moderne, sans trace du passé visible.

On trouve à Ivalo le 10e aéroport de Finlande, avec un trafic de 152 211 passagers en 2005. C'est aussi l'aéroport le plus au nord du pays.
Le village est traversé par la nationale 4 (E75), venue d'Helsinki via Lahti, Jyväskylä, Oulu et Rovaniemi.




Kemijärvi

Kemijärvi est une des villes les plus septentrionales de la Finlande, en Laponie. C'est une des rares villes du pays dont le bourg soit au nord du cercle polaire arctique. Les premiers colons sont arrivés en 1580 sur une terre pratiquement vide, inoccupée par les Saamis. Elle a connu ensuite un développement assez lent en raison d'un climat hostile.

La commune est traversée entièrement par le fleuve Kemijoki, suivant un cours nord-sud qui s'infléchit vers l'ouest à l'extrême sud du territoire de la municipalité. Peu avant le village de Kemijärvi, le fleuve s'élargit pour former le grand lac Kemijärvi. La municipalité compte 20 villages, le bourg central concentrant 60 % de la population.

La commune est assez peu vallonnée à l'exception de sa partie nord. C'est tout d'abord un groupe de petits tunturis d'environ 400 m d'altitude autour de l'Outitunturi. C'est ensuite le Pyhätunturi, montagne de quartz vestige des anciens monts Carélides, culminant à 540 mètres à la frontière de la municipalité de Pelkosenniemi au nord. Ce sommet fait partie du Parc national de Pyhä-Luosto.
On trouve à l'est de la commune la petite station de ski de Suomutunturi.
Outre Pelkosenniemi, les municipalités voisines sont Salla à l'est, Posio au sud et Rovaniemi à l'ouest.

On y trouve une gare (train de nuit quotidien depuis Helsinki) mais pas d'aéroport. La commune est traversée par la nationale 5 (itinéraire européen E63, branche de la E75).




Kittilä

Kittilä (Kittâl en Same d'Inari, Gihttel en Same du Nord) est une municipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie. Grâce à la station de ski de Levi, c'est une des destinations touristiques les plus populaires de Finlande.

La municipalité est une des plus grandes du pays, la 4e par la superficie totale (et même 3e pour la superficie hors lacs). On y trouve une partie du parc national de Pallas-Yllästunturi. La commune est bordée par les municipalité suivantes: à l'ouest Kolari et Muonio, au nord Enontekiö et Inari, à l'est Sodankylä et au sud Rovaniemi.

La commune est desservie par l'aéroport de Kittilä.




Kuusamo

Kuusamo est une ville du nord de la Finlande, dans la région d'Ostrobotnie du Nord et la sous-région du Koillismaa.

La ville de Kuusamo se situe au centre d'une commune très étendue, bordée à l'est par une très longue frontière avec la Russie, qui compte un petit poste frontière. 1 700 km² ont d'ailleurs été cédés à l'URSS en 1940 suite à la Guerre d'Hiver, en même temps que l'essentiel de la commune de Salla.
De 2000 à 2004, elle fut la plus grande ville du pays (par la superficie). Détrônée par Pudasjärvi puis par Rovaniemi, c'est aujourd'hui la troisième ville de Finlande par la superficie.

La région de Kuusamo est caractéristique d'un paysage de Taïga. C'est d'ailleurs géographiquement le paysage de Taïga qui est situé le plus à l'ouest du continent eurasiatique. Le terrain est accidenté et compte de nombreux lacs, les plus importants étant les lacs Yli-Kitka et Ala-Kitka.
Avec moins de 4 habitants au km², ce désert blanc est un sanctuaire naturel peuplé d'ours, d'élans, de rennes, de lynx et de loups. A Kuusamo, la moyenne des températures annuelles est de 0 °C.
La plus grande partie du parc national d'Oulanka se situe sur la commune. La vallée de la rivière Oulankajoki est classée paysage national.

La ville tire une partie croissante de ses revenus du tourisme. Elle compte plus de 6 000 maisons de vacances et deux saisons touristiques:
L'été et le début de l'automne (juillet à mi-septembre), temps des randonnées dans le Parc national d'Oulanka et sur le Circuit de l'ours (Karhunkierros), la voie de grande randonnée la plus célèbre du pays. L'hiver (décembre - avril), centré autour de la station de ski de Ruka, une des plus importantes du pays. On trouve hors de Ruka de nombreuses pistes aménagés pour le ski de fond sur tout le territoire de la municipalité.

Aucune ligne de train n'atteint Kuusamo. En l'occurrence, pour couvrir l'importante distance depuis les villes du Sud, l'avion est un moyen privilégié. L'aéroport est le 11e du pays, voyant passer un peu plus de 100 000 voyageurs annuels (2005). Outre les inévitables liaisons Finnair sur Helsinki, il accueille également des charters en hiver.

Kuusamo est bien reliée par voie routière mais pâtit néanmoins de sa position éloignée. Elle se situe à la jonction de la nationale 20 venue d'Oulu et de la nationale 5 (E63), venue d'Helsinki via Kuopio et Kajaani et continuant vers la Laponie.




Pello

Pello est une municipalité du nord-ouest de la Finlande, en Laponie. Jusqu'en 1949 elle portait le nom de Turtola. Elle est bordée par les communes de Kolari au nord, Rovaniemi à l'est et Ylitornio au sud. Elle fait face à la Commune d'Övertorneå et à celle de Pajala en Suède, de l'autre côté de la Tornionjoki. Le village centre est d'ailleurs relié à la Suède par un pont.

En 1736, la région, hostile et très peu peuplée, voit passer l'expédition menée par Pierre Louis Moreau de Maupertuis. Le blason de la commune, 3 étoiles d'argent sur fond de collines, est une évocation symbolique des expériences qui ont permis à Maupertuis de démontrer que la terre était légèrement aplatie aux pôles.




Rovaniemi

Rovaniemi est une ville du nord de la Finlande, située à 10 km au sud du cercle polaire au confluent de la Kemijoki et de l'Ounasjoki, à un peu plus de 100 km du fond du golfe de Botnie

Capitale de la province de Laponie finlandaise, sa population est 60 653 habitants, pour une surface de 8 016,72 km2. Au 1er janvier 2006, la ville de Rovaniemi a fusionné avec la commune de Rovaniemi-campagne (Rovaniemen maalaiskunta en finnois), gagnant de ce fait 22 000 habitants. C'est aujourd'hui la douzième ville de Finlande par la population (cinquième sur l'ensemble des communes) et la première par la superficie.

Plus de 90 % de la ville a été incendiée durant la Seconde Guerre mondiale Le site a probablement été habité en continu depuis l'Âge de la pierre. On y a trouvé des pics à glace, des grattoirs et des pointes de lance datant de 8 000 ans3 La pratique de l'agriculture itinérante aurait commencé entre -750 et -530. L'habitation plus dense par des paysans a débuté dans les années 1110-1200. Les nouveaux habitants venaient principalement du Häme, mais aussi de Finlande propre, de Carélie, de mer Blanche, de Suède, de Norvège, du Kainuu et d'Allemagne. C'est la raison pour laquelle le dialecte de Rovaniemi est un mélange de dialectes et de langues. La première mention écrite de l'endroit date du 7 septembre 1453. Jusqu'au xviiie siècle, la zone de Rovaniemi est appelée Korkala4.

Très peu peuplée, elle abrite une chapelle dépendant de la paroisse de Kemi à partir de 1632, puis une paroisse autonome dès 1785. Le xixe siècle est celui du décollage et voit l'arrivée de nombreux migrants, attirés par les promesses du grand Nord en termes de matières premières, notamment le bois et l'or. En 1929, la municipalité est scindée en deux entre le centre urbain proprement dit (5 000 habitants) et le reste de la commune (14 000). La croissance de la ville est violemment interrompue par les troupes allemandes lors de la Guerre de Laponie (bataille de Rovaniemi). Plus de 90 % des bâtiments sont incendiés, et la ville est largement réduite en ruines. La reconstruction, commencée en 1946, est très ambitieuse. Elle s'effectue selon le plan d'urbanisme de l'architecte Alvar Aalto ce qui donne à la ville une unité architecturale assez unique en Finlande (avec le centre administratif de Seinäjoki).

Le déclin des profits liés aux matières premières laisse à Rovaniemi deux ressources principales. La première réside dans les investissements publics : l'État finlandais soutient largement la capitale administrative de sa région la moins densément peuplée. Près de 45 % des emplois sont générés par une fonction publique omniprésente, la ville jouant le rôle de seul véritable centre administratif du nord de la Finlande.
L'université de Laponie accueille environ 4 000 étudiants, et l'ensemble des différents établissements d'enseignement supérieur amène le nombre d'étudiants résidant en ville à approcher les 10 000.
Le second moteur, le tourisme, connaît un développement prometteur. Rovaniemi est célèbre notamment pour son musée arctique (Arktikum), mais aussi et surtout pour être la ville du Père Noël. Celui-ci est souvent visible au Village du Père Noël au niveau du cercle polaire, bien qu'il préfère résider dans ce secteur isolé de Korvatunturi. Le business de Noël a vu l'ouverture en 1998 d'un parc d'attractions du nom de Santa Park, qui a connu de larges difficultés financières.

Les environs très sauvages permettent des possibilités pratiquement illimitées en termes de découverte de la nature et d'activités sportives. Rovaniemi est le vrai pôle touristique du nord de la Finlande, les charters venus notamment du Royaume-Uni ou du Japon se succédant sur son aéroport pendant les mois d'hiver.

La commune est très étendue et occupe une position centrale en Laponie. Elle compte pas moins de neuf municipalités limitrophes, à savoir Kittilä et Sodankylä au nord, Kemijärvi à l'est, Posio au sud-est, Ranua et Tervola au sud, Ylitornio et Pello à l'ouest et enfin Kolari au nord-ouest.
L'essentiel de la population réside à proximité immédiate de la ville proprement dite, même si les berges des deux grands axes fluviaux, l'Ounasjoki et la Kemijoki, abritent également quelques petits villages.
Le relief, s'il est plus présent que dans le sud du pays, n'a rien de comparable avec le Nord de la Laponie. Le paysage est largement constitué de forêts boréales couvrant des collines dont l'altitude ne dépasse qu'exceptionnellement les 200 mètres par rapport aux plaines avoisinantes.

L'aéroport de Rovaniemi est le quatrième plus important du pays en termes de trafic, avec 450 000 passagers en 2007. Ce chiffre inclut les charters (la tradition est assez ancienne, British Airways y faisait même parfois voler le Concorde dans les années 1980) et les nombreux vols réguliers à destination de Helsinki (effectués par Finnair et SAS). Il est traversé par le Cercle polaire arctique, à moins de 10 km du centre ville.

VR (chemin de fer finlandais) relie Rovaniemi au reste du réseau finlandais. Helsinki est relié cinq fois par jour, pour un trajet durant de 9 à 12 heures (les trajets de nuit sont en moyenne les plus longs)

Rovaniemi est traversée par la nationale 4 (E75), le principal axe routier nord-sud du pays.




Sodankylä

Sodankylä, commune de Laponie, est la seconde municipalité de Finlande par la superficie. Elle est à ce titre plus étendue que des pays comme le Liban ou la Jamaïque.
Elle est connue notamment pour abriter le festival du film du soleil de minuit, festival créé par les frères Mika et Aki Kaurismäki en 1986 et dont le succès ne se dément pas depuis.

Sodankylä est le siège de la Jääkäriprikaati, ou brigade Jaeger, unité d'élite de l'armée de terre finlandaise.

La municipalité est bordée au nord par la commune d'Inari, à l'est par Savukoski et Pelkosenniemi, à l'ouest par Kittilä et au sud par Rovaniemi. Elle possède même une petite frontière avec la Russie au nord-est.
La commune présente la forme d'un quadrilatère d'un longueur d'environ 160 km pour 60 km (au sud) à 100 km (au nord) de large. Le village centre se situe à 128 km du centre de Rovaniemi, dans la partie sud de la municipalité, sur les bords de la Kitinen.
Le territoire de la municipalité est traversé par les rivières Kitinen et Luiro, coupées dans leur descente vers la Kemijoki par les deux plus importants lacs de barrage de Finlande, respectivement Portipahta et Lokka. La nationale 4 (E75) remonte plein nord le long de la Kitinen en direction d'Ivalo et de l'Océan Arctique.

L'essentiel de la commune est peu vallonné à l'échelle de la Laponie, avec seulement de petits reliefs d'altitude rarement supérieure à 400 mètres, à l'exception du mont Luosto, tunturi isolé en bordure sud, protégé dans le parc national de Pyhä-Luosto.

La partie nord-est de la municipalité est par contre très différente, elle est d'ailleurs protégée dans le cadre du parc national Urho Kaleva Kekkonen et des zones protégées avoisinantes. C'est d'abord le massif des Natanen, un groupe de tunturis juste au nord du lac de Lokka. Enfin, c'est la chaîne de Saariselkä, un vieux massif de granulite ayant résisté aux glaciers, culminant au Sokosti à 718 mètres d'altitude.




Tornio

Tornio (suédois : Torneå) est une ville du nord-ouest de la Finlande, située au fond du Golfe de Botnie, à l'embouchure de la Tornionjoki, en Laponie. Elle borde la frontière suédoise, face à la ville d'Haparanda. Les deux villes fonctionnent comme des cités jumelles, les commercants acceptent indifféremment les Euros et les Couronnes suédoises et les habitants n'hésitent pas à passer la frontière plusieurs fois par jour. Les deux municipalités, qui partagent déjà de nombreux services municipaux, ont même le projet de fusionner (nombreux projets transfrontaliers, notamment en ce moment la construction d'un magasin IKEA). Outre Haparanda (Hapaaranta en finnois), la commune est bordée par les municipalités de Keminmaa et Tervola à l’est, Ylitornio au nord.
La commune est officiellement unilingue finnois, mais la plupart des habitants comprennent aussi le dialecte régional meänkieli et le suédois.

La région est colonisée dès la fin de la dernière Glaciation. Elle est habitée par des tribus Saami, notamment les Saami de Kemi, peuplade disparue au xixe siècle. Dès le xvie siècle, la colonie à l'embouchure de la rivière Torne voit passer la quasi-totalité du commerce entre la Laponie et le royaume de Suède. La colonie reçoit ses droits de cité du roi Gustave II Adolphe de Suède en 1621. La ville est très riche, peut être la plus riche du royaume, mais elle stagne pourtant à 500 habitants pendant tout le xviie siècle avant de connaître ensuite un lent développement.

Le xviiie siècle marque son âge d'or, avec la visite de nombreuses expéditions scientifiques en route pour les régions polaires, la plus notable étant celle de Pierre Louis Moreau de Maupertuis en 1736-1737, et aussi le début de son déclin, avec la modification des flux commerciaux. La ville est déplacée à deux reprises vers l'aval de la rivière en raison de l'isostasie.

La conquête de la Finlande par la Russie en 1808-1809 lui porte un coup très dur. La ville se retrouve côté russe, les Suédois construisant Haparanda, une ville jumelle de l'autre côté du fleuve. Elle perd presque toute son importance commerciale, devenant une ville de garnison endormie, ne s'éveillant que pendant la Guerre de Crimée et la Première Guerre mondiale.

Paradoxalement, après l'indépendance finlandaise de 1917, malgré la perte de la garnison russe, la population se remet à croître. La ville connaît de violents combats pendant la Guerre de Laponie mais échappe néanmoins à la destruction totale. Après la guerre, son économie bénéficie de deux pôles de croissance : la brasserie Lapin Kulta, marque phare du groupe Hartwall, et surtout l'aciérie Outokumpu (acier inoxydable) qui emploie plus de 2 000 personnes.

La ville a absorbé les municipalités rurales voisines d'Alatornio et Karunki en 1973.




(Source : Wikipédia)



Réagissez à cet article :


Ajoutez votre commentaire :

Votre nom ou pseudo* :
Entrez votre e-mail pour être averti d'une réponse (facultatif et non visible des visiteurs) :

Entrez les chiffres et lettres* :
Captcha
(* champ requis)


Retour en haut du document Descendre d'une page

Design by NH Consulting